Baisse des biens neufs dans l’agence immobilière à Marrakech

L’année 2013 a marqué une baisse des activités dans le secteur de l’immobilier au Maroc. La baisse concerne surtout les mises en chantier pour le compte de l’année. La baisse se chiffre à environ 28% par rapport à l’année 2012. Ceci pourrait affecter la production et la mise à disposition de logements sur plusieurs années dans l’ensemble du Royaume, sachant que le cycle de production de biens immobiliers au Maroc est de deux ans. Le segment qui est le plus touché par ce phénomène est celui des logements sociaux. Votre agence immobilière à Marrakech vous le dira, il y’a de moins en moins de logements sociaux en production, et cela risque de durer au moins jusqu’en 2015.Entre 2012 et 2013, les mises en chantier de logements sociaux ont baissé de 70% tandis que les demandes d’autorisation ont baissé de 60% sur la même période de comparaison. D’après les promoteurs immobiliers, l’hésitation à mettre sur pied de nouveaux projets, est causée par les mauvaises ventes faites sur les derniers projets mis sur le marché.

Autres segments de l’immobilier en baisse d’activités

La baisse d’énergie dans le segment du logement social est compensée par l’auto-construction des maisons Marocaines qui se comporte plutôt bien. Le ministère de l’habitat appelle les opérations économiques et sociales, celles qui concernent les logements sociaux et les projets de l’auto-construction. Alors, les opérations économiques et sociales ont dans l’ensemble connues une baisse de 28% grâce à l’effet positif que l’auto-construction a eu en comparaison au logement social. Pour 2013, ces opérations totalisent 192 970 unités mises en chantier. Auprès d’une agence immobilière à Marrakech, vous aurez plus d’informations. Quant aux opérations à faible valeur immobilière totale, elles connaissent aussi une baisse dans les mises en chantier. Il s’agit ici des opérations qui concernent les logements d’une valeur de 140 000 Dhs l’unité. 4 252 unités ont été mises en chantier au courant de l’année 2013 dans ce segment, totalisant une baisse de 12% comparativement à l’année 2012. Cela montre bien que ce segment est toujours très peu sollicité par les promoteurs privés. En fait, 80% des logements de ce segment sont le fait d’Al Omrane. Malgré les efforts du gouvernement, les promoteurs privés ne sont toujours pas convaincus de l’attrait de ce segment.

Il est déjà clair au vu de ces chiffres que lorsque vous vous rendrez dans une agence immobilière à Marrakech pour solliciter un logement social ou un logement d’une valeur de 140 000 Dhs, vous aurez quelques difficultés à trouver le bien qui vous convient parfaitement, à cause de ce phénomène. Malgré les concessions que le gouvernement a fait au niveau des textes afin de faciliter l’activité des promoteurs immobiliers privés, ceux-ci restent sceptiques quant à l’investissement sur le territoire Marocain en matière de bas standing. Une fois de plus le secteur immobilier au Maroc fait face au problème de déficit en logements.